Vous pouvez ci-dessous prendre connaissances des images issues de l’inauguration de l’exposition contemporaine et de l’ensemble des œuvres présentes.

Les photos de LAURET Mathilde ne sont pas libres de droits, merci de demander une autorisation.


Photos non libres de droits, crédits : Flymovies.

Merci de demander une autorisation pour toute diffusion.

More
  • 26 septembre 2022
  • 1

Mise à jour : voir les photos des oeuvres

Une nouvelle exposition s’ouvrira au Nootoos, 1 place Saint-Pierre le vieux, à Strasbourg.
Voyager, c’est explorer, c’est raconter des perceptions et des évènements vécus. En effet, l’exposition (IN)audibles reflète un voyage au sein d’un « péi » (pays en créole réunionnais) et dans un « fonnkèr »
(état d’âme en créole réunionnais) via des oreilles d’une personne sourde depuis sa naissance. L’artiste, elle-même sourde, offre une vision poétique de plusieurs mondes silencieux paradoxalement bruyants, à travers l’île de La Réunion et à travers son corps. Les paysages de La Réunion cachent une blessure,
celle d’un silence de plus en plus menacé par des bruits parasites et humains, tandis que le corps de l’artiste est témoin d’une beauté et d’une violence presque indescriptibles des vibrations sonores, avec lesquelles elle cohabite depuis son enfance.

Source de l’image

Plus de détails ici : https://www.linkedin.com/posts/yves-wansi-6596a9144_paru-dans-la-presse-dna-ce-matin-merci-activity-6942377898880192512-5y5d?utm_source=linkedin_share&utm_medium=member_desktop_web

More
  • 16 juin 2022

Avec 4 artistes, Stéphane Cise, Juliette Dennemont, Mathilde Lauret, Jayce Salez. Dans ce laboratoire artistique, les quatre créateur·trices — qui emploient les technologies du XXIe siècle — abordent les questions de la relation aux vivants, de la perception du silence, de la musicalité des corps ou encore de la cartographie de l’infiniment loin.

Un lieu, deux expos.
Une soirée vernissage riche.
Vendredi 8 octobre 2021, 18h.
Longère Sudel Fuma, Saint-Paul

“AVEC
Stéphane Cise, Juliette Dennemont, Mathilde Lauret, Jayce Salez
Il y a dans la notion de protocole la volonté d’une d’observation méthodique s’appuyant sur un ensemble de règles qui permettent de vérifier une hypothèse. Sensitif, pour sa part, est un adjectif qui qualifie cet état fragile et réceptif grâce auquel on identifie des impressions, des perceptions. Protocoles sensitifs est inspiré du comportement de la sensitive, Mimosa pudica, une plante que l’on qualifie de « timide » puisqu’elle se replie au moindre contact. Cette réaction, expliquée par la science, reste une expérience magique. Lorsqu’on touche une sensitive, elle réagit. Cette interaction avec une forme de vie autre qu’animale provoque sur l’instant l’impression d’une rencontre inattendue. Quatre artistes, Juliette Dennnemont, Stéphane Cise, Mathilde Lauret, Jayce Salez, se sont interrogé·es sur ces rencontres inattendues, sur ces interdépendances, ces comportements, ces modes de communication, ces échos. Qu’ils soient plante, galet, coucher de soleil, air, vibration, silence, eau, les éléments font partie du monde et chaque déplacement humain influe sur leur existence, et réciproquement. C’est ce que les artistes cherchent à dévoiler. Dans ce laboratoire artistique, les quatre créateur·trices — qui emploient les technologies du XXIe siècle — abordent les questions de la relation aux vivants, de la perception du silence, de la musicalité des corps ou encore de la cartographie de l’infiniment loin. Les quatre œuvres invitent à être partie prenante des actions qu’elles engagent. Dans ce labo, le numérique souvent perçu comme froid et neutre, devient la porte d’accès à des mondes invisibles, des points de contact avec d’autres univers, des immersions dans la poésie et l’imaginaire. Protocoles sensitifs, c’est un peu l’atelier des artistes où se déploie le processus de création, où l’on présente les protocoles des œuvres vérifiant que les artistes sont aussi des chercheur·ses. Leurs méthodes sont différentes, mais l’un·e comme l’autre explorent les mondes possibles. Quand la science observe et déduit, l’artiste perçoit et transpose.

Brandon Gercara et Tatiana Patchama
Chef·fes d’orchestre”
Texte du FRAC Réunion.

More
  • 6 octobre 2021
  • 2

L’OBS – Rue89 s’est intéressé à mon travail et ma perception du monde qui m’entoure.
“Pour cette artiste plasticienne, sourde de naissance, le silence n’est jamais absolu, mais rempli de vibrations et de mouvements d’air. Témoignage.”

J’envoie mes sincères remerciements à Gordon Hempton avec qui j’ai échangé des paroles riches en connaissance et de curiosité. C’était une personne que j’avais contacté dans le cadre de mon mémoire de master, avec qui j’ai finalement le contact et nous espérons avoir cette chance de se rencontre en physique sur Paris.

Pour les personnes qui ont raté l’article “Qu’est-ce que le silence ? Née sourde, Mathilde Lauret vit dans « un silence bruyant »”, il est disponible en ligne par ici : https://www.nouvelobs.com/nos-vies-intimes/20211226.OBS52562/qu-est-ce-que-le-silence-nee-sourde-mathilde-lauret-vit-dans-un-silence-bruyant.html

More
  • 2 mars 2022
Chapitre numéro 1,
couverture du livre gaufré, trois propositions toucher, deux dimensions, trois dimensions,
La Réunion, 2018

Chapitre numéro 1,
couverture du livre gaufré, trois propositions toucher, deux dimensions, trois dimensions,
La Réunion, 2018

Cette œuvre est l’une de mes premières créations sur la question de la perception sonore. Il se distingue sous plusieurs formes : livret, police de caractère, installation interactive…

La poésie sonore visuelle fut la première réflexion née dans ma démarche artistique autour de la perception sonore avant d’inclure la surdité. Je suis fascinée par les courbes, les rythmes et les reliefs qu’offre des vibrations, n’importe où qu’elles passent. Il y a une sonorité, une musicalité pour chaque chose qui se forme, une sensibilité que je recherche à traduire à travers divers médiums.

J’ai créé une typographie à partir d’ondes sinusoïdales de la prononciation française des lettres de l’alphabet. La typographie est une image, une métaphore et symbolise grossièrement les vibrations sonores. Avec une touche de fiction, chaque lettre de l’alphabet prononcée à la française écrit ses propres formes d’ondes, où on peut parfois retrouver des reliefs répétés. Comment réinventer une écriture sonore ?

Cette typographie, réinventée pour pouvoir être écrite, n’est pas prononçable. Elle s’observe, ses courbes créent un nouveau rythme de lecture. Elle invite à créer une sonorité à travers les pensées. Ainsi naît une réflexion sur le Silence, qui paraît être à la fois un concept et un processus mental réel.

L’œuvre a également été exposée lors de l’exposition DixFractions.

Aperçu sur la page de DixFractions : https://www.dixfractions.re/plan#alphabet-francais-des-ondes

More
  • 30 novembre 2021

“En mémoire des silences” est une œuvre expérimentale pensée en 2018, dans le cadre d’un début du projet “Paysages sonores : voyage au cœur de l’île”, qui continue de progresser aujourd’hui. L’œuvre apporte un autre regard sensible, poétique et presque dramatique sur les situations sonores des paysages naturels de l’île de La Réunion, à travers des oreilles sourdes de l’artiste plasticienne Mathilde LAURET.

Régulièrement publié sur Instagram, “En mémoire des silences” veut sensibiliser le public au danger des bruits, que le vrai silence n’est pas celui qu’on pense. Chaque paire de dispositifs vibrants, ainsi que les tabourets sur lesquels nous pouvons nous assoir, propose d’écouter à travers le toucher des lieux calmes. Paradoxalement, les lieux naturels de La Réunion censés être calmes s’avèrent cacher des périodes sonores très bruyantes. Cette forme d’écoute pousse le spectateur à les trouver angoissants dû au fait que les sons paraissent très étouffés. Les vibrations transcrivent tous les bruits parasites perçus par l’artiste, bien que nous ne puissions pas les entendre directement par les oreilles. L’artiste invite également les spectateurs à voir les dispositifs comme des captures d’entités sonores parasites, qui naissent à travers les activités produites par l’homme (hélicoptère, cris…).

Un livret accompagne les dispositifs vibrants par des explications des lieux étudiés, des images des lieux et du parcours de l’artiste à la recherche du silence devenu rare. Le livret est exceptionnellement conçu pour l’exposition “Protocoles sensitifs“, organisé par les co-commissaires Brandon Gercara et Tatiaan Patchama, également artistes plasticien.ne.s.

Deux tableaux étranges accompagnent également l’œuvre. Le tout forme une installation interactive, qu’il faut observer comme un chercheur. Les tableaux sont également des œuvres distinctes, qui reflètent des îlots sonores fictifs et abstraits étudiés sur l’île de La Réunion, tels des cartographies. Bien qu’ils reprennent les reliefs des cirques ou du Piton de la Fournaise, les aplats reflètent surtout les lieux parcourus par l’artiste.

More
  • 29 novembre 2021
  • 1

Juste après avoir fini le début de l’exposition “Protocoles sensitifs” (jusqu’au 30/01/22), Sandrine Turpin de @dix.fractions m’a invité à proposer des œuvres.

Par le manque de temps, je ne pourrai pas vous proposer une installation sonore liée à la question de l’utilisation du numérique aujourd’hui que vous apprécierez tant découvrir ; des œuvres visuelles et tactiles travaillées à partir du numérique s’immisceront dans la médiathèque François Mitterrand de Saint-Denis.

Alors, pour ceux ou celles qui regrettaient d’avoir raté mon exposition “Fonnkèr sourd” du mois de Septembre dernier, venez redécouvrir deux de mes trois œuvres qui seront à l’exposition de @dix.fractions !

More
  • 2 novembre 2021

Un site d’échanges, d’entraide, destiné aux familles, aux professionnels, aux personnes sourdes ou malentendante, entièrement gratuite. Le site-forum est pensé par des bénévoles volontaires, solidaires et engagé(e)s.

> Lien du site K’fé LPC La Réunion (et ailleurs) <

A qui est destiné ce site-forum ?

Il vise en premier les résident(e)s ou ancien(ne)s résident(e)s de l’île de La Réunion, notamment lorsque le profil de l’individu sourd fait le choix de l’oralisation à travers la Langue française Parlée et Complétée (LfPC): c’est-à-dire qu’il en fait de la langue française sa principale langue de communication. Il s’agit surtout des familles, qui ont peu d’accès aux informations sur la LfPC ainsi que sur la surdité et qui recherchent un accompagnement de l’enfant. 

Attention ce n’est pas un site médical ou spécialisé sur le handicap. Il n’a pas pour vocation de remplacer ni de contester les structures déjà existantes.

Le forum permet surtout d’offrir un lieu d’échanges virtuels en dehors des réseaux sociaux comme Facebook ; de questions-réponses (MDPH, outils d’accessibilité…) ; de réelles rencontres dans des lieux de l’île de La Réunion dans un concept amicale ou de pratique-échanges autour de la LfPC. 

L’inscription est gratuite.

Toutes les personnes sont les bienvenues, quel que soit le département français, quel que soit l’origine d’une famille, quel que soit le profil de l’individu atteint de déficience auditive.

Le site a été entièrement conçu par l’artiste Mathilde LAURET.

Capture d’écran de la section “à propos” du site-forum

More
  • 6 octobre 2021